Encod.org
Europe


ADHESION OR


ADHESION ROUGE


ADHESION VERTE

CBD Products sro
GetSmokin’
Sam Vanden Auweele
BioTabs
Barney’s Farm
Petr Konecny
Cannabis Cura Sicilia
Alberto Saint Cort
NORML FRANCE
A.C.C. IPANEMA
Cannabis Social Club - Bozen
Bill Griffin
Enecta C.V.
SeedMarket.com
LA MACA
NEWSWEED
IRKA
SANTYERBASI GROWSHOPS
ZRK.SI - Cannabis regulation institute Slovenia
MEDICINAL STAR’S
ALBO SHANTI
FIELDS OF GREEN FOR ALL
CIRCULO SECTORIAL CANNABICO
ARGE CANNA
Sensi Seeds
Asociacion Cannabica 4/20
COL.CAN.CAN
Bart B
OVERGROW.IT
GROWERLINE
CANAPA INFO POINT
Manuel Fernandez
LEOLED GROW LIGHTS
Marco Moscatelli
Associazione Culturale Tuanis - Canapamundi
Andrej Kurnik
Hanfinstitut
TREE OF LIFE - AMSTERDAM CANNABIS SOCIAL CLUB
Francis Costelloe
High Supplies - Cannabis Seeds Shop
PARADISE SEEDS
Patrick Firnkes
Assonabis
Coffeeshop Pink

MEMBERSHIP / voir tout

 
Accueil > Français (fr) > Nouvelles > 2013 > LA SECONDE VIE DU KIF MAROCAIN
Publié le 4 octobre 2013  par encod

LA SECONDE VIE DU KIF MAROCAIN

Source : El watan

04.10.13

Le Maroc s’apprêterait à légaliser la culture du cannabis pour en limiter le trafic et explorer les filières médicinales et industrielles



Toutes les versions de cet article : [français]





« 2022. Le Maroc a légalisé il y a six ans la production et la consommation de cannabis. Le soleil se lève sur Boulizem, un douar perdu au fin fond du Rif. Dietrich et Ulrike, un couple de bobos berlinois, se réveillent avec le chant du coq. La veille, chez la famille de kificulteurs du gîte de L’Herbe verte, ils ont dégusté un poulet succulent nourri au bon grain de cannabis » : c’est ainsi que se projette le magazine marocain Actuel après les informations évoquant l’étude prochaine du Parlement à Rabat d’une proposition de loi légalisant la culture du cannabis.

Proposition de loi portée par le Parti authenticité et modernité (PAM, proche du Palais royal) et la Coalition marocaine pour l’utilisation du cannabis à des fins médicinales et industrielles. Le texte en question propose entre autres la dépénalisation de la détention, de la production et du façonnement du cannabis pour usage médical. Selon l’hebdomadaire La Vie économique, même les islamistes du PJD (au pouvoir) ont été approché et auraient accueilli favorablement ce projet inédit. Le débat n’est pas nouveau au Maroc : à l’automne 2012, précise La Vie économique, les parlementaires Noureddine Mediane, du parti conservateur, l’Istiqlal, et Tarik Kabbaj, député-maire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP) d’Agadir, ont été les premiers à aborder le sujet au Parlement, lors d’une séance de questions orales.

Ce combat pour légaliser la culture du cannabis, qui fait vivre, selon les statistiques officielles, près de 700 000 personnes (soit 90 000 familles) essentiellement dans la région du Rif, a un visage et une voix, ceux de Chakib El Khiyari, président de l’Association Rif des droits de l’homme. Lauréat du Prix intégrité 2012 de Transparency Maroc, ce militant infatigable a connu la prison dans sa campagne contre les barons de la drogue : il a été condamné en 2009 à trois ans d’emprisonnement – avant d’être gracié par le roi Mohammed VI en 2011 – pour « atteinte à corps constitués, infraction au code des changes et dépôt de fonds dans une banque étrangère sans l’autorisation de l’Office des changes ».

Alors qu’en fait, le militant avait publiquement dénoncé le trafic de la drogue dans la région du Nador et l’accès à des postes de responsabilité de personnes impliquées dans un réseau de narcotrafiquants. Pour ce militant, la vraie guerre contre la drogue et ses barons au Maroc passe d’abord pas la légalisation de sa culture et le développement d’une production traçable et destinée exclusivement à l’industrie et aux besoins médicinaux. Le Maroc reste le plus important exportateur de kif au monde. Avant 1983, les terres de cannabis cultivées étaient estimées à 12 000 hectares, aujourd’hui on parle de 180 000 hectares, selon l’économiste Driss Ben Ali, cité par Actuel.

« Nous sommes pour ce projet de loi parce que l’interdiction ‘‘officielle’’ ne sert à rien, commente Saïd Chaoui, de l’Association marocaine des droits de l’homme, (AMDH) et originaire du Rif. Mais en même temps, ce genre de loi portant légalisation ne peut faire l’économie d’un Etat de droit et d’une administration locale intègre, ce qui n’est pas le cas au Maroc. » Et d’ajouter : « Parce que le vrai problème reste les barons de la drogue qui gagnent des milliards sur le dos des simples paysans du Rif ; ces barons qui ont des complices très hauts placés dans l’administration. » « La lutte contre la drogue au Maroc n’a pour objectif que de limiter sa production, pas plus, appuie Ould Ayad, président de l’AMDH dans la région du Rif. Je pense que ce débat actuellement au Maroc autour de la légalisation de la culture du cannabis n’est qu’une manière de répondre aux critiques de nos voisins européens et de l’Algérie quant à l’explosion de l’exportation du kif. Dans quelques mois, on va encore nous annoncer une nouvelle guerre contre le trafic et un meilleur contrôle des frontières, mais ça ne sera que de la poudre aux yeux. »

Aux yeux des sceptiques, qui encouragent quand même cette proposition de loi, le chantier dépasse un simple sursaut dans les textes. « Il faut d’abord s’occuper réellement du développement de cette région du Rif qui est restée très pauvre et marginalisée ; il faut également avoir le courage de ‘‘nettoyer’’ l’administration des barons de la drogue, il faut aussi réorganiser légalement la propriété foncière des terres agricoles du Rif qui obéissent à des lois traditionnels », énumère un militant de la région septentrionale du royaume chérifien.


Chakib Al Khayari. Coordinateur de la Coalition marocaine pour l’utilisation du cannabis à des fins médicinales et industrielles : une loi pour légaliser la culture du cannabis dans moins d’une année

-Où en est le projet de loi sur la dépénalisation de la culture du cannabis ?

La Coalition marocaine pour l’utilisation du cannabis à des fins médicinales et industrielles a présenté, en mai, une proposition de loi aux différents groupes parlementaires et nous avons été contactés ensuite par le PAM et le PJD. En juillet, nous avions eu une réunion au Parlement avec les députés du PAM qui ont publiquement appuyé notre démarche. J’ai rencontré aussi des députés du PJD qui m’ont assuré vouloir nous aider pour trouver une solution équitable concernant la question du cannabis. Je crois que nous irons, dans moins d’une année, vers une loi qui légalisera enfin la culture du cannabis.

-Quelles seraient les retombées sur l’économie marocaine ?

Le plus important, d’abord, est de faire sortir les cultivateurs de l’emprise des trafiquants, pour qu’ils ne soient plus les otages des barons de la drogue, subissant arrestations et répressions. Ces paysans participeront enfin au soutien à l’économie nationale qui sera renflouée par d’énormes apports financiers. L’Etat économisera ainsi les budgets alloués à la guerre contre la drogue et au blanchiment d’argent.

- Certains observateurs au Maroc doutent de l’efficacité de cette loi, tant que des barons de la drogue, parfois protégés par l’administration, sévissent toujours. Qu’en pensez-vous ?

La réglementation de la culture et l’exploitation du kif ne fera pas disparaître le trafic illégal, mais au moins cela permettra aux producteurs d’avoir le choix d’intégrer un circuit légal. Cette adhésion fera diminuer le nombre des barons de la drogue. Et la réussite d’une stratégie nationale de la culture du cannabis provoquera l’adhésion d’un nombre toujours plus croissants de cultivateurs.

Les bienfaits du cannabis

A ce jour, compte tenu de l’évolution des connaissances scientifiques dans le domaine des cannabinoïdes, l’usage médical du cannabis devient de plus en plus toléré, voire légal dans un nombre grandissant de pays : le Canada, l’Australie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, l’Espagne et vingt Etats américains. Cet usage nécessite soit une ordonnance, soit une confirmation de diagnostic médical. La distribution se fait généralement dans un cadre défini par les lois locales ; pharmacies aux Pays-Bas, Clubs Compassion au Canada, Buyers Club aux Etats-Unis, Cannabis Social Clubs en Espagne. Par ailleurs, le chanvre industriel, dont le taux de THC doit être inférieur à 0,2%, est surtout utilisé dans la confection de cordages, de matériaux de construction (en particulier d’isolation), et de plasturgie automobile. La France est aujourd’hui le principal producteur de chanvre industriel en Europe.

Adlène Meddi






Share |



Répondre à cet article


The European Coalition for Just and Effective Drug Policies, is a pan-European network of currently 160 NGO’s and individual experts involved in the drug issue on a daily base. We are the European section of an International Coalition, which consists of more than 400 NGOs from around the world that have adhered to a Manifesto for Just and Effective Drug Policies (established in 1998). Among our members are organisations of cannabis and other drug users, of health workers, researchers, grassroot activists as well as companies.


E-mail Secretariat: office (at) encod.org Privacy: Updated August 2017
© Encod.org 2014 :: Design by: Navetrece.com